gotty

Pas de pitié pour les croissants !

18 juillet 2008

Apprenons à compter - Le coefficient GINI

Dernier épisode de notre saga Apprenons à compter, un indicateur de "cohésion sociale", j'ai nommé le coefficient de Gini.

Si 10% de la population a 10% du PIB, 20% a 20% du PIB etc. cela veut donc dire que tout le monde a le même revenu. Si au contraire 80% de la population ne détient que 10% des revenus, et que les 20% restants en ont 90%, on est dans société foncièrement inégalitaire. Le coefficient de Gini mesure ainsi les inégalités de revenus au sein d'un pays. La formule n'est pas forcément très compréhensible (vous pouvez néanmoins la retrouver sur Wikipedia), mais un schéma devrait aider à sa compréhension.

Plaçons sur un graphe le pourcentage de la population possédant un pourcentage du revenu du pays.

GiniLorenzFR

La courbe droite en pointillé représente l'égalite parfaite des revenus. A l'inverse, la courbe en trait plein montre une inégalité : une grande partie de la population ne possède pas grand chose (zone rouge), une faible partie possède un revenu moyen (zone orange) et une petite partie possède beaucoup (zone verte). Comment est-ce que j'en arrive à une telle conclusion ? En fait, une partie de la population est privilégiée quand la différence de revenu (représentée par la différence de hauteur entre le début et la fin de la zone) est supérieur à sa taille (représentée par la largeur de la zone) . Dans le cas présent, on voit que la zone verte correspond à 15% de la population possédant environ 50% de la richesse.

Le coefficient de Gini correspond à l'aire de la surface A entre la courbe d'égalité parfaite et la courbe réelle : plus cette surface est grande, plus on est dans une société inégalitaire. Un GINI de 0 signifie l'égalité parfaite et 1 signifie l'inégalité totale (une personne a tout le revenu, les autres n'ont rien). Les pays historiquement égalitaires ont un coefficient de l'ordre de 0,2 (Europe de l'Est), les pays les plus inégalitaires au monde ont un coefficient de 0,6 (Brésil, Guatémala, Honduras...). En France, le coefficient de Gini est de 0,36.

Notons qu'établir le coefficient de GINI d'un pays est un processus très laborieux puisqu'il demande de relever les revenus d'une grande partie de la population, y compris ceux qui en ont peu et vivent dans des conditions très difficiles. C'est pourquoi cet indicateur n'est relevé que périodiquement, environ tous les 5 à 10 ans selon les pays. Mais cela ne nous empêchera pas de nous amuser avec, comme avec les indicateurs précédents.

gini_pib

Une première constation est que le GINI n'est pas lié au PIB par habitant : ce n'est pas parce qu'un pays est plus riche qu'un autre qu'il aura une meilleure répartition des richesses. Le graphe ci-dessus montre bien qu'il existe des pays riches inégalitaires (les Etats-Unis ont le PIB par habitant le plus élevé, mais un GINI supérieur à 0.4) alors que des pays très pauvres peuvent avoir un GINI faible (l'Ouzbékistan par exemple).

Gini_since_WWII
 

Deuxième constatation : au sein d'un même pays, le GINI peut tout aussi bien croître (USA, Bulgarie, Chine) que décroitre (France, Canada, Norvège) pendant une période de croissance : la croissance n'est donc absolument pas un gage de justice sociale.

Voila, je referme la parenthèse mathématique du développement durable. J'espère que les explications auront été claires et que cela vous aura permis d'appréhender de manière un peu plus concrète des notions a priori abstraites. Et pour ceux qui veulent continuer à s'amuser avec des données sur des pays, je ne peux que conseiller le site http://www.gapminder.org et notamment leur tableau dynamique.

Posté par Gotty à 17:32 - Social - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    Merci pour cette parenthèse mathématique, les lecteurs de "Chasse à cour" ont été enchantés ! Vous aurez tous reconnu une citation de Hugh Grant dans Coup de foudre à Nottinghill.
    Plus sérieusement, même si ces indicateurs semblent hyper complexes à comprendre et plus encore à mettre en oeuvre, ça a le mérite d'être rigoureux et de contrer l'effet marketing du développement durable, qui veut que celui qui en parle le plus semble être le plus écolo.
    Les lecteurs de "Chasse à cour" attendent avec impatience les prochains sujets, la consommation des tgv ? est-on vraiment plus économe en énergie en habitant en ville ? qui met la clim tue un phoque ?...

    Posté par tiou, 23 juillet 2008 à 15:47

Poster un commentaire