gotty

Pas de pitié pour les croissants !

07 juillet 2008

Malus annuel durable

J'ai eu plusieurs commentaires "privés" sur mon article sur le malus annuel. Avant d'y répondre, j'aimerais préciser qu'il serait préférable que tout le monde fasse ses commentaires sur le blog plutôt qu'en aparté : d'une part, ça flatterait mon égo de voir "412 commentaires" sous un de mes articles, mais surtout, cela permettrait d'avoir une discussion entre les lecteurs, autrement plus riche qu'une discussion entre moi et mes lecteurs. Je referme la parenthèse.

Je disais donc que j'avais reçu plusieurs commentaires à ce sujet, me demandant notamment de bien prendre en compte l'aspect social d'une hausse du prix de l'essence qui risque de frapper les ménages les plus fragiles, alors que le malus annuel est plutôt à destination des ménages fortunés puisqu'il s'appliquera uniquement aux voitures neuves les plus polluantes - voitures en règle générale les plus chères. Quelqu'un m'a notamment écrit :

"Sinon,augmenter le prix de l'essence ne peut amener à une réduction des GES [NDLR : Gaz à effet de serre] que si ça entraîne les gens à effectivement moins prendre leur voiture. Or, il y a une énorme part des déplacements qui sont des contraintes (domicile-travail et déplacements professionnels), pour lesquels il n'existe pas d'alternative efficace (les transports en commun doublent la durée du trajet), et donc qui continueront à avoir lieu même avec une essence + cher."

Ce à quoi je réponds : lisez l'article de jeudi dernier ! La situation est simple : nous ne pouvons pas consommer plus de 2tCO2/an par personne. De même, le corps humain est limité au niveau de son alimentation. Disons qu'on peut ingurgiter sans problème 2500kcal par jour (chiffre approximatif) : si vous mangez trop, disons 5000kcal par jour, vous pouvez certes vous faire plus plaisir, mais les effets sur votre santé se feront sentir à plus ou moins long terme. Et votre nutritionniste n'est pas pour autant un intégriste de l'anorexie et du stoïcisme : il connait tout simplement vos limites naturelles, et sait que les dépasser vous fait courir un danger. Il en va de même pour l'environnement : dire que nos activités sont limitées n'est pas une "lubie écologiste", c'est une simple constatation des limites de la nature.

Donc, 2tCO2/an... Dès lors, toutes nos "contraintes économiques" se heurtent en vérité à cette "contrainte naturelle" : sachant que l'on ne peut pas, du moins à moyen terme, changer la seconde, c'est à la première que nous devons nous attaquer. Les déplacements domicile-travail ou professionnels sont des contraintes de notre société actuelle : si celle-ci va à l'encontre des limites naturelles, nous devons donc changer notre organisation du travail. Encore une fois, je ne suis pas communiste ou anti-capitaliste, je suis pragmatique : notre société est incompatible avec le fonctionnement de la Terre, nous devons "changer la société".

En ce qui concerne plus spécifiquement les transports, il faut donc diminuer notre mobilité (responsables pour environ un quart de nos productions de gaz à effet de serre, soit environ 1,5tCO2/an pour un français). On peut soit se fonder sur la bonne volonté des gens, soit passer à un système d'incitation-contrainte : l'histoire nous a prouvé que c'est cette dernière méthode qui est souvent la plus efficace.

Ma préconisation serait donc simple : augmenter le coût de l'essence et obliger les entreprises à rembourser les trajets domicile-travail à leurs salariés. Cette double action permettrait à la fois de limiter les trajets inutiles, de relocaliser l'économie, mais également de ne pas pénaliser les ménages les plus modestes.

Vous avez dit utopique ?

Posté par Gotty à 18:03 - Automobile - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    Rembourser les trajets ?

    Sur la proposition que les entreprises soient obligées de rembourser les trajets domicile-travail, à leurs salariés, ça me semble certes facilement applicable (barème kilométrique) mais un peu trop en faveur du salarié. Je pense que le coût du trajet domicile-travail devrait être pris en charge à 50% par l'entreprise et à 50% par le salarié, puisqu'il résulte du lieu de travail (choisi par l'entreprise) et du lieu de domicile (choisi par le salarié). Ainsi chacun a intérêt à ce que l'entreprise soit près du domicile des salariés.
    Reste à savoir comment faire pour les salariés qui font l'effort de prendre les transports en commun. Leur rembourser comme s'ils prenaient la voiture ? Leur rembourser l'abonnement à 100%, ce qui représente probablement moins que 50% du coût du trajet en voiture ? Là ça devient tordu et je sèche...

    Posté par tiou, 08 juillet 2008 à 11:02
  • Pour toute solution il y a un nouveau problème :

    Ça créera sans doute une nouvelle discrimination à l'embauche (gênante ou pas je sais pas) comme pour les dimanches non chômés. Tu n'auras de chance que dans les entreprises proches de chez toi.

    Posté par Val, 08 juillet 2008 à 11:12
  • @tiou : le remboursement des transports en commun est déja prévu, à 50% il me semble, pour l'île-de-France. D'autres entreprises, dont la mienne, proposent également un remboursement à 100% des frais de transports en commun, pour inciter leurs salariés à emprunter ces derniers.

    @Val : Il y a toujours une certaine discrimination à l'embauche, puisqu'on choisit une seule personne parmi plusieurs candidatures. Le fait de devoir prendre sa voiture sur une grande distance pour venir à son travail devrait clairement être pénalisant. C'est sûr, ça relocalise l'économie.

    Posté par Gotty, 08 juillet 2008 à 11:23
  • En tant que nouveau lecteur de ce blog ma foi fort sympathique, je me permets de saluer tout le monde, et l'auteur en particulier.

    N'ayant pas encore lu, je vous demande de m'excuser si je fais une redondance avec un autre article du blog.

    Je ne tiens pas à remettre en cause ce que tu exprimes, je pense que tes idées sont intéressantes. Cependant (là, j'extrapole un peu de débats qui ont eu lieu sur un autre site), si tu me permets l'image, je trouve que tu as trop tendance à vouloir dépolluer la Camargue en dépolluant le seul Gardon...
    Je veux dire que tu as un objectif, mais que pour l'atteindre, tu ne prêtes pas assez d'attention au facteur principal. A ta décharge, tu prêtes attention au facteur le plus accessible aux citoyens lambdas que nous sommes.

    Pour l'effet de serre, par exemple, tu traites de la mobilité des particuliers.
    Les transports interviennent, à vue de nez, pour un tiers de nos émissions de GES http://www.industrie.gouv.fr/energie/statisti/pdf/co2-monde.pdf bas de la première page et il faut compter dans celà la part prépondérante des camions (près de 50%). De fait, on peut estimer que la mobilité des particuliers intervient à hauteur de 10% dans les émissions de GES.
    Dans le même temps, le chauffage des bâtiments résidentiels et tertiaires intervient à hauteur de 25% dans la production de GES.

    Ne serait-il donc pas beaucoup plus intéressant de faire la promotion des pompes à chaleur, de la rénovation des bâtiments consommateurs d'énergie, etc. que d'appeler à une diminution de la mobilité ?
    Je pense en outre qu'il serait bien "simple" de se concentrer sur le bâtiment que sur la mobilité : se chauffer moins et différemment implique de beaucoup moins grands changements dans les mentalités que de chercher du travail près de chez soi, d'abandonner le réflexe "voiture", etc. Par ailleurs, l'impact sur les émissions de GES d'une évolution dans le bâtiment serait bien plus fort que l'impact d'une évolution de la mobilité.

    Posté par Poux, 11 juillet 2008 à 10:33
  • @Poux : Tout d'abord, bienvenue sur ce blog, et merci pour ton commentaire !

    Ensuite pour répondre à ton commentaire, je suis entièrement d'accord avec toi, le transport n'est pas le principal contributeur de GES : l'immobilier, l'alimentation ou tout simplement la consommation de masse sont bien plus important.

    Il n'empêche, ce domaine a pour avantage de pouvoir être changé sans trop de conséquences : il suffit d'une réorganisation du territoire. Depuis 1970, la mobilité en voiture a été multipliée par 2 en Europe, il ne parait pas insurmontable de re-diviser par 2 en 10, 15 ou 30 ans.

    C'est, je pense, ce qu'à compris Jean-Louis Borloo, et c'est pourquoi il s'attaque assez rapidement aux transports automobiles. Mon article était une réaction à sa mesure de malus annuel, pas une préconisation sur "Comment sauver la planète".

    Posté par Gotty, 11 juillet 2008 à 10:54
  • @Poux : Salut Poux ! D'accord avec toi, les transports ne représentent "que" 30% des émissions de GES en France, et encore moins à l'échelle mondiale, 13%. Source : http://www.pewclimate.org/docUploads/ClimateData%2DSectoral%2Epdf pages 5 et 6.
    Néanmoins il faut bien s'attaquer à tous les domaines pour espérer une réduction globale des émissions.

    @Gotty : "une réorganisation du territoire" ne me semble pas sans conséquence... je préfère avoir à changer ma chaudière que de déménager à 50km !

    Sujet annexe qui me vient : y a-t-il une étude qui comptabilise les émissions de CO2 par consommateur final ? C'est-à-dire que si un pays produit de l'acier pour construire la voiture d'un Français, on compte les émissions pour le Français.

    Posté par tiou, 11 juillet 2008 à 14:29
  • @tiou : Effectivement, vu sous cet angle, changer de chaudière paraît plus rapide... Ce que je voulais dire, c'est qu'inciter les gens à prendre une voiture moins polluante, et à faire moins de trajets longs en covoiturant par exemple ne semble pas extrêmement compliqué à mettre en place, contrairement à des systèmes de subventions ou autres crédits d'impôts à mettre en place pour la rénovation de maisons. Et surtout, surtout... un malus annuel ne coûte rien à l'Etat, au contraire...

    Sinon, pour ta question annexe, le bilan carbone et l'empreinte écologique répondent à peu près à ta question. Mais ça, c'est au menu de la semaine prochaine, sauf catastrophe majeure of course.

    Posté par Gotty, 11 juillet 2008 à 14:49
  • Je déterre un peu ma remarque sur le financement des transports domicile-travail, étant donné que c'est d'actualité : http://www.lemonde.fr/politique/article/2008/09/16/l-aide-au-transport-mi-obligatoire-mi-facultative_1095582_823448.html

    J'ai recherché comment sont financés les transports collectifs, notamment la part des usagers, des entreprises et des contribuables. Le camembert en page 2 du pdf suivant est assez parlant : http://www.rhone-alpes.cci.fr/competences/amenager/livre/PDF/102.pdf. Donc dans l'agglo lyonnaise, un usager paie 25% des coûts de fonctionnement des transports collectifs, les entreprises 40% et le reste vient donc du contribuable.

    Au lieu de demander aux entreprises de rembourser à 50% l'abonnement de transport en commun de leurs salariés, on pourra tout simplement augmenter la part de financement des entreprises ! Ce serait moins démago et ça ferait payer TOUTES les entreprises pour TOUS leurs salariés, au lieu de faire trinquer celles qui ont le plus de salariés prenant les transports en commun.

    Posté par tiou, 16 septembre 2008 à 12:10
  • Dans mon post précédent, le lien vers le PDF fonctionne mais il faut enlever le point à la fin.

    Posté par tiou, 16 septembre 2008 à 13:42

Poster un commentaire